Selon Bob Marley “ One good thing about music, when it hits you feel no pain “ ce qui pourrait se traduire en français par « un des avantages de la musique est que lorsqu’elle vous frappe, vous ne ressentez aucune douleur » extrait de Trenchtown rock.

Le mot musique est pluri sémantique et pluri dimensionnel et peut être défini comme une combinaison de rythme, de mélodie et d’harmonie agréables à l’oreille. Elle peut être vocale ou jouée avec des instruments modernes ou traditionnels Le Burkina Faso est un pays porteur d’une histoire musicale assez riche, essentiellement construite à partir des années 60. Puis vint plus d’une décennie de léthargie jusqu’au début des années 90, après une prise de conscience et un sursaut d’orgueil.

Aboubacar Djiga alias PAPA est le concepteur du groupe musical Kundé Blues. Après avoir parcouru plus d’une dizaine de pays et joué dans plus de 60 festivals à travers les 5 continents, il s’est décidé à apporter sa petite pierre à l’éclosion de la musique burkinabé en faisant de la musique « tradi-moderne » avec des instruments « traditionnels ». Les instruments qu’il joue sont fabriqués par lui-même. Il ambitionne imposer sa conception de la musique à un moment où la jeune génération semble fascinée par tout ce qui est exotique, tout ce qui est joué ailleurs et qui nous est subtilement imposé. Les générations présentes et à venir auront sans doute à donner une autre définition de la musique.

Les instruments utilisés par le groupe sont le kundé (ngoni en jula), la calebasse, le djembé, le bendré, le tamanin. Aucun instrument moderne n’est utilisé puisque le kundé joue exactement les mêmes notes qu’une guitare dite moderne. Chaque musicien chante et joue d’au moins deux instruments avec une dextérité à vous couper le souffle. La musique quant à elle s’inspire des riches patrimoines, bambara, san, fulfuldé, des peuples qui vivent à cheval sur les Mali, la Côte D’Ivoire et le Burkina, sur des frontières fictives et inconnues des cultures.

La musique est un élément fondamental de la vie quotidienne, une autre forme d’expression, un autre langage avant l’écriture ou l’habituel langage articulé. Peu importe que l’oreille s’y conforme : C’est l’esprit formé qui s’exprime le cœur qui écoute et qui apprécie.

Les chansons de Kundé Blues sont en bambara, san, dafing, fulfuldé, français et traitent des thèmes variés comme l’avenir de l’humanité, l’exil, la justice, la Paix, la conscience collective, le destin, dans une amalgame mélodique et rythmique d’influence et de style divers. Les compositions et les rythmes font parfois un clin d’œil au jazz, à la musique classique européenne et latino-américaine. En définitive, Kundé Blues chante, joue, revendique, se plaint, fait un plaidoyer, raconte, interpelle à travers de belles mélodies..............afin de changer notre vision du monde, donc changer le monde