Il s’efforce de retranscrire sa réalité et celle de ses proches de manière authentique en s’inspirant de leur quotidien, de leurs problèmes, de leurs moments de joie. Sa vision, profonde et sombre, tente à chaque fois non seulement d’amener celui qui écoute à ressentir des émotions bien précises mais aussi de créer un questionnement sur le rap et le système actuel.

Passionné de rock et de reggae depuis l’enfance, c’est à l’adolescence qu’il découvre le rap avec des artistes comme Sniper, Assassin, Niro, etc., et qu’il décide d’écrire ses premiers textes.

Avec ses potes, ils décident d’acheter leur premier home studio en 2015 et de commencer à enregistrer des maquettes. Au fil des années, ils apprennent ensemble à mixer, à composer leur instrumentales, et ils se produisent sur des scènes locales où ils font leurs premiers pas sur scène. En 2020, ils fondent leur collectif, DRIPHOUSE, composé de rappeurs, de danseurs, de photographes, de vidéomakers, tous passionnés par la culture Hip-Hop. Ils organisent plusieurs évènements dans leur ville avec l’envie de faire bouger les choses pour la scène urbaine Dijonnaise.

Le nom "O ?ni" tire son origine du folklore japonais. Ce sont des créatures souvent assimilées à des démons, porteurs de mauvais présage, des esprits vengeurs et puissants. C’est pour exorciser le mal qu’il a en lui que le jeune rappeur a choisi ce nom d’artiste.